Objet de l’ADERA

 

L’ADERA – Association de Défense de l’Environnement des Riverains de l’aéroport de Beauvais-Tillé – a été créée sous la forme d’une association soumise à la loi de 1901 le 20 décembre 1999.

L’ADERA a pour but la défense des intérêts des riverains contre les nuisances sonores, l’insécurité et la pollution générées par l’aéroport de Beauvais-Tillé. Elle a également pour objet la défense de l’environnement, de la santé, de la sécurité et des intérêts sociaux, économiques et fiscaux des habitants du Beauvaisis.

 

 

Principaux axes de travail

 

 

OBJECTIFS :

  1. Obtenir un plafonnement du nombre des mouvements pour permettre aux riverains d’envisager l’avenir en pleine connaissance des enjeux
  2. Maintenir le couvre feu et en augmenter les plages horaires pour que les riverains puissent bénéficier des 8 heures de sommeil consécutif préconisées par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)
  3. Obtenir que les avions respectent les trajectoires et que celles-ci soient optimisées pour apporter une moindre nuisance
  4. Respect de l’environnement, Aides aux riverains, Prise en compte des incidences de la pollution

 

ACTIONS :

Conseil aux riverains, Aide aux démarches, Défend les intérêts et la santé des riverains, Interpelle les autorités, Informe par les média, en réunion, dans les manifestations et événements publics, Alerte les élus, Participe aux Commissions.

 

 

Associations dont l’ADERA est membre

 

 

Nous sommes membre d’unions locales, nationales et internationales. Nous sommes persuadés que les solutions ne sont pas toutes locales. Il faudra des changements de réglementation aux plans national et européen pour permettre une meilleure protection des riverains.

 

Union Française Contre les Nuisances des Aéronefs – site web : www.ufcna.eu

 

LOGO UFCNA 21-11-2015

Mission : Informer la population et alerter les pouvoirs compétents sur les conséquences dramatiques pour la santé publique d’un accroissement non maîtrisé du transport aérien sur le territoire français.

L’ADERA est représentée au sein du Conseil d’Administration (Vice-Présidence)

 

Union Européenne Contre les Nuisances Aériennes – site web : www.uecna.eu

 

BANNER UECNA MEN STARS sans le détail du nom

Mission : Être la voix des populations survolées auprès des institutions européennes, échanger des informations et s’entraider sur les aspects techniques et juridiques.

L’ADERA est représentée au sein du Conseil d’Administration (Présidence)

 

Convergence Associative d’Ile de France

 

logo convergence associative Facebook

Confrontées à la densité du trafic aérien en Ile-de-France, et pour protéger la santé des populations survolées, les quelques 500 associations représentées réclament de façon unanime et en urgence la réduction significative des nuisances aériennes.

L’ADERA est membre du Comité de Pilotage du collectif.

 

Regroupement des Organismes de Sauvegarde de l’Oise – Site web : www.asso-roso.org

 

LOGO ROSO

Défend la qualité de vie et l’environnement de l’Oise. Le ROSO est associé aux travaux de la commission de l’Environnement de l’aéroport de Paris-CDG.

L’ADERA est représentée au sein du Conseil d’Administration du ROSO.

 

Atmo – Picardie – site web : www.atmo-picardie.com

 

logo ATMO PICARDIE

Cette association assure la surveillance de la qualité de l’air dans notre région et informe et alerte la population lorsque certains polluants dépassent les seuils définis.

L’ADERA est représentée au sein du Conseil d’Administration d’ATMO-Picardie.

 

 

Mandats de l’ADERA et des représentants

 

L’ADERA est membre :

  • de la Commission Consultative de l’Environnement (« CCE ») de l’aérodrome de Beauvais-Tillé
  • du Comité Permanent de la CCE de l’aérodrome de Beauvais-Tillé
  • de la Commission Consultative d’Aide aux Riverains (« CCAR ») de l’aérodrome de Beauvais-Tillé
  • L’ADERA représente le ROSO à la CCE de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle en qualité de membre titulaire et est suppléante au Comité permanent et à la CCAR de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle

 

 

Historique de l’aérodrome de Beauvais-Tillé

 

L’aérodrome de Beauvais était, dans les années 1930, une simple piste en terre battue sans infrastructure. Il a été utilisé et adapté à partir de 1940 par l’armée allemande pour des opérations de bombardements aériens contre l’Angleterre.

La proximité de la ville était déterminante pour que la population serve de bouclier humain.

En 1945, cet aérodrome a été rendu à l’activité civile. Jusqu’en 1965 il n’y a eu au maximum qu’environ 100 000 passagers par an ; de 1966 à 1978 un maximum annuel de 250 000 passagers par an et de 1979 à 1996 l’activité a chuté à 80 000 passagers par an.

L’aérodrome étant promis à une mort lente, la population s’est installée aux alentours en toute sécurité persuadée de la tranquillité des lieux.

En 1997, Ryanair a commencé à utiliser l’aérodrome et les années de 1997 à 2012 ont vu la monté en puissance de Ryanair sur toute l’Europe et à Beauvais en particulier.

De 2002 à 2010, le nombre de mouvements commerciaux de l’aéroport de Beauvais a crû en moyenne de 12,5% par an. En 2011, le nombre de mouvements est passé de 20.500 à 25.400, soit une augmentation de 25%. La SAGEB prévoit pour 2012, une augmentation de 10% soit un nombre de mouvements commerciaux de 28.000 à la fin de l’année.

En 2001, Le plan d’exposition au bruit (« PEB ») était établi sur une prévision à long terme de 14.000 mouvements commerciaux. Il concernait 6 communes. Ce nombre de mouvements a été atteint en 2005.

Le PEB suivant, de 2006, prévoyait 21.000 mouvements commerciaux à l’horizon long terme, il ne concernait également que 6 communes. Le nombre de mouvements prévu a été atteint en 2010. Pour mémoire, ce PEB a été annulé par décision de justice.

En 2012, le PEB a été établi sur une hypothèse de 32.000 mouvements à l’horizon « long terme », en fait dès 2016. Ce PEB passe désormais de 6 à 19 communes.

L’aéroport de Beauvais-Tillé connaît donc une croissance extraordinaire que la population n’a pu anticiper, d’autant que les dirigeants et élus du SMABT (Syndicat Mixte de l’Aéroport de Beauvais-Tillé – propriétaire des installations) ont toujours annoncé un plafonnement, minimisé la réalité et ignoré le potentiel de développement.